Roller ROL Roulette

décembre 21st, 2013 par MB

Un succès, une réussite, ça fait toujours plaisir. Et cette semaine, j’ai obtenu ma 1ère roulette à la ROL. Chuis trooop contente!!!  

« Une rivière verte et silencieuse »

décembre 10th, 2013 par MB

C’est le titre d’un roman écrit par Hubert MINGARELLI. C’est aussi le genre de titre qui attise ma curiosité. :-)

C’est ainsi qu’un mercredi récent vers 15h15, dans une des bibliothèques municipales, je me suis laissée attirer par ce titre, j’ai tendu la main vers le rayonnage, pris le livre, lu la 4ème de couverture (dans mon souvenir la 1ère est sobre : nom de l’auteur, titre et éditeur), et ensuite décidé de m’asseoir pour le commencer au tout début.

C’est la fin qui m’a surprise. Je ne m’y attendais vraiment pas. J’ai fermé le livre. Et après 2secondes de choc, j’ai admis sans réserve : « oui, ça c’est un livre que j’ai aimé lire ». Un livre sans prétention d’enseignement moral, sans leçon à donner, sans obligation, sans but avoué, un livre simple, un bout de vie, morceau choisi par l’auteur. Une description, une narration, un constat, une observation, neutre pourrais-je dire. Chacun peut y prendre, ou pas.

C’est un livre qui m’a touchée par sa douceur, la douceur dans la description, la douceur dans les mots, la douceur des échanges verbaux et non verbaux entre les 2principaux protagonistes : un fils et son père. Il m’a touchée aussi par l’importance du présent, à chaque instant. Dans un autre contexte, ou exprimé autrement, j’aurais trouvé l’histoire étirée en longueur. Mais là, j’étais apaisée dans cette lecture, sans stress; ce que je peux considérer dans la vie courante comme étant des détails devient l’essence, la matière de l’instant vécu décrit. Je ne peux m’empêcher de penser que ceux qui s’intéressent à la « réduction du stress par la méditation de pleine conscience » apprécieraient « l’esprit » de ce roman. ;-)

C’est un livre que j’ai lu sur plusieurs mercredis, entre 15h10 et 15h30, sans hâte, sans suspense haletant, sans obsession, sans questions, sans excès d’émotions. Oui, je dirais que c’est un livre à l’écriture justement dosée, justement posée.

C’est un roman que je conseille à tous ceux qui sont prêts à écouter un inconnu, qui pourrait aussi être une connaissance, leur raconter un segment de sa vie, simplement écouter.

A eux tous!

janvier 28th, 2013 par J. Mute.

Allô le monde? C’est la reprise de la saison des divagations, avec un texte qui m’est venu initialement le 4 Septembre 2012. Pendant que c’est encore la saison des voeux, il me semble intéressant de l’extirper de mon vieux cahier pour le partager avec vous. Bonne à toutes et tous, qu’elle soit pour vous pleine de santé, de sérénité et de succès. Peace.

Combien de personnes avons nous côtoyé de près dans cette vie? Famille, amis, études, profession, associations cultuelles et culturelles? C’est dingue d’imaginer! Plusieurs dizaines pour les plus timides. Plusieurs centaines pour la plupart d’entre nous! Et cela sans compter ceux que nous avons juste croisé, le temps d’une rencontre.

Vous doutez du nombre? Allez-y comptez avec moi: papa, mama, léticia, le fils du voisin dans le nouveau quartier, ma cousine P., mon frère, ma tante B., oh ma grand-mère, le surveillant au collège, le prof de tennis de table, monsieur N. au CE2, tonton jean-Roger, emmanous, mbengus, shirish, ebalus, pierre, dm, charlus, manue, jess, rach,… Ah. J’allais oublier ma femme, ma fille, mon fils.

Chacun nous a laissé de lui, de son humeur, de ses schèmes, de ses espoirs, dérisoires ou illuminés. Et a consommé du nous. Avons nous été pour eu un aliment utile? une nourriture inspirante?

Rien que de citer tous leurs nomes, j’en ai les larmes aux yeux. Certains sont là, tout près. D’autres ont traversé la dernière rie. Et nous avons perdu certains de vue depuis plusieurs années.

Ils sont plusieurs centaines. Il est impossible de tous les stocker en mémoire vive en permanence. Nous devons accepter de les laisser s’en aller. Et demeure en nous la graine qu’ils ont semé, l’empreinte plus ou moins profonde qu’ils auront laissé.

Je suis heureux de vous avoir croisé, rencontré, connu. Aux ribambelles, à Dauphine, à Joss, à Akwa, à Bonnass, à Kèpè, à Sadi, à Fonty, à Cormontaigne, ici, là, et là-bas. Que la providence garde vos pas et continuez de veiller sur vos âmes.

Hasta la vista amigos!

EcoverCité du 21 Avril, nous y étions!

août 16th, 2012 par J. Mute.

image

EcoverCité = Ecover + Université. Malgré le brouillard à couper au couteau, nous y étions.

 

Commitment

juillet 24th, 2012 par J. Mute.

While looking into the history of the World Economic Forum, I landed on this quote from Goethe:

Until one is committed, there is hesitancy, thechance to draw back, always ineffective,concerning all acts of  initiative (and creation).There is one elementary truth the ignorance ofwhich kills countless ideas and splendid plans:that the moment one definitely commitsoneself, then providence moves too. All sortsof  things occur to help one that would neverotherwise have occurred. A whole stream ofevents issues from the decision, raising in one’sfavour all manner of  unforeseen incidents andmeetings and material assistance which no mancould have dreamed would have come his way.Whatever you can do or dream you can, beginit. Boldness has genius, power and magic in it. Begin it now.

I wish you all god luck in your ventures. May providence, nature, or God as some others call it, be with you.

Ce n’est pas une blague

juillet 11th, 2012 par J. Mute.

Au hasard de mes navigations, je suis tombé sur un spécimen, une créature énigmatique.

Il s’agirait d’une espèce de poisson qui vit dans les profondeurs (jusque 1200 mètres) des eaux Australiennes et Tasmaniennes. Le BlobFish il s’appelle! Ou si vous préférez son nom scientifique: Psychrolutes marcidus. Jugez-en par vous même. Moi je suis surtour interpellé par la forme du visage. Dessin animé ou humain?

Le BlobFish, courtesy of glogster

A mon fils

juillet 9th, 2012 par J. Mute.

Un jour de l’an de grâce 2012, je me suis réveillé. Tu avais 5 ans et quelques mois, presque 6 ans! Tu étais haut comme ça, un petit bout d’homme. Et pourtant tu savais faire tellement de choses.

Naturellement curieux, tu t’intéressais à ce qui se passait autour de toi, à ce que faisait ton voisin. Qu’il s’agisse d’écran de tablette ou de planche à découper, tu étais toujours là poser des questions. Heureusement que ta mère étais là pour répondre à ces innombrables interrogations. « Pourquoi tu dis ça maman? ». Et pour que tu puisses trouver les réponses plus facilement, tu avais appris à lire.

Et tu as très tôt eu un sens de l’expérience et de l’indépendance. T’y as-t-on poussé? Je ne sais.  Mais ce que je sais, c’est que tu adorais essayer et réussir par toi même. Puzzles de 50 pièces, épluchage de patates, lecture, jeux vidéo, tout y passait. Même qu’une fois, tu as placé 3 pièces dans le puzzle de 1000 pièces (tu te souviens, un paysage avec au loin des montagnes et au premier un champ entier de tournesol. Il nous avait pris un mois à ta mère et moi pour en venir à bout. Et la cuisine! Tu aimais bien m’accompagner derrière les fourneaux. J’ai des photos mon coco. Madeleines, tiramisu, patates sautées, rien ne nous résistait; « Papa est-ce que je peux t’aider? ». Continueras-tu de pratiquer ce noble art que la création culinaire?  A 4 ans tu t’étais auto-proclamé préposé à la vaisselle (des couverts). Tu te souviens? Nous faisions souvent des parties de MarioKart sur la WII, et généralement tu finissais devant moi, avec ton ami Mario! :)  Et tes illustrations! Tu as le don d’illuminer les dessins d’une façon qui attire l’oeil uniquement là où tu l’as voulu, sans dénaturer l’image globale. Je me souviens encore de cette magnifique collection de Messieurs Patates que tu avais faite sous la houlette de Mme Isabelle.

Tu savais également être un bon enseignant pour ta petite soeur. Tu savais faire attention à elle et la protéger. Tu savais simplifier les règles des jeux pour la faire participer. Tu te souviens de Pirat Attaq? :)

Fidèle en amitié, tu aimais ta bande de copains: Yanis, Grégoire, Thierry et Gaspard. Tellement, que quand il a été évoqué l’idée de passer directement en CE1, tu as dit non. Ce n’est pas prouvé, mais je pense que tu as saboté des évals à cette période, juste pour rester avec tes copains. Pas encore 6 ans, et déjà deux dents tombées. Tu faisais des communiqués à la petite souris. « Petite souri tu pe me doné une pièce? » Au fait, qu’as tu fait des pièces que tu as reçu de la petite souris?

Et, s’il y a bien quelque chose où tu excellais, je pense, c’était le rêve. Tu t’arrêtais parfois de longues minutes, le regard fixe, plongé dans une imagination qu’ensuite tu savais nous faire partager. oui, tu aimais bien inventer et raconter des histoires. Peut être ça qui te donnait un sommeil si profond? Je reste persuadé en tout cas que ça ne t’empêchera pas de rendre le matelas sec d’ici quelques mois.

Et puis, je ne t’ai jamais dit à quel point j’appréciais ton obéissance, :D. Je me dit que si je te le dis, tu risques de prendre la grosse tête. Mais est-ce un risque, avec un gars sérieux comme toi?

Je ne sais pas comment on en est arrivé là. Je me souviens d’un soir de Juillet 2006. Avec ta mère, après un dîner au KFC, on avait veillé très tard, jusque 3h du matin. Et puis les contractions, l’ambulance, et quelques heures plus tard, un petit bébé, à peine plus haut que ma main. Et maintenant, voilà ce que tu es devenu. Un petit garçon magnifique. Tu es ce que tu es; et même, tu es qui tu es. Je ne sais pas quand tu liras cette lettre. Et je ne sais pas quel monde nous vous aurons laissé. Mais j’espère que tu auras gardé cette intensité et cette entièreté qui te caractérisait petit garçon. Prends bien soin de toi, mon pote.

Shalom!

Donation

mars 14th, 2012 par J. Mute.

Hey. A few days ago, I received my first papyal donation. Thanks John, it was really nice.

Feb 29th

mars 2nd, 2012 par J. Mute.

Wiktionary’s word of the day:

leapling (n):
Someone born on a 29th of February.

Sans commentaire.

Alive!!!!! in 2012, more than ever!

février 21st, 2012 par J. Mute.

Bonjour à tous. Amis, frangines et frangins, parents. Et merci encore de votre fidélité. Ne vous fiez pas à notre intense silence de ces dernières semaines (mois? qui a dit mois?). Nous sommes bel et bien vivants, et avons été occupés à vivre. Non pas que vous envoyer des news de temps en temps ne soit pas vivre, mais nous vivions des interactions physiques: ripailles de Nöel, pagailles de St Sylvestre et Nouvel An, Voeux et galettes diverses, chandeleur, Darty (je vous parlerais bientôt de Darty) et bientôt mardi gras. Alors question: les interactions physiques sont-elles légitimes pour prendre le pas sur les interactions électroniques? Ou est-ce l’inverse? Quelle que fut la réponse, laissons pour l’heure le débat aux philosophes.

Un petit mot avant de nous quitter. On s’était promis de pas parler politique entre nous mais, en cette année 2012, ou à peu près tous les pays du monde organisent toutes sortes d’élections (c’en est même suspect), il s’impose de faire une petite exception. Alors je vous passe le message des amis du collectif On a Slamé sur la Lune, OSSL pour les intimes. Des gars géniaux, tous autant qu’ils sont. Ils disent: ne votez pas pour moi, votez pour vous, pour votre famille. Ne votez pas pour moi, votez pour vos petits enfants et le monde que vous voulez leur laisser. Votez pour vous!

Trêves de discours, et maintenant, Muzik!

Ne votez pas pour MOI (teaser album On A Slamé Sur La Lune) from Reaktor on Vimeo.